Présentation du projet

Le projet consiste à construire une unité de production des ciments et chaux avec une capacité de 1 200 000 tonnes et à commercialiser ces produits  en  marché local avec un taux de 30% et exporter les 70% restants.

Le projet comportera  principalement :

  • Des carrières calcaire (200ha), marne (120ha), gypse(400 ha) et sable(80 ha) avec une réserve dépassant les 250 années.
  • Une installation de concassage de mélange calcaire et marne
  • Une unité de concassage de gypse et minerai de fer (acheté)
  • Trois  unités de broyage de mélange de matière première, de ciment et de pet coke
  • Un four de ciment de 3300 tonnes par jour.
  • Un stock de clinker  de capacité  de  60 000  tonnes.
  • 8 silos de stockage ciment de capacité 40 000 tonnes  et un atelier d’ensachage et expédition
  • Un laboratoire d’analyses
  • Une centrale à béton de 120t/h et ses annexes tel que un concasseur de 150t/h.
site-geostrategique
Montage Financier

Millions d’Euro sous forme d’investissement

Millions d’Euro Cash flow annuel

Ans Durée de retour sur investissement

Les points forts du projet
  • Le projet est situé aux environs de 9 gouvernorats dont la superficie représente 50% de la superficie totale de la Tunisie  et ne comprend  qu’une seule cimenterie qui est celle de Gabès.
  • Il médiatise la Tunisie ,  le marché Libyen et le marché Algérien.
  • En effet, il est à 200 km environ des frontières de deux pays et à 450 km de la capitale libyenne Tripoli.
  • Le point le plus loin des régions de l’est de l’Algérie (Tebessa-Annaba-Souk Ahras-Oued Souf) ne dépasse pas 350 km.
  • Par ailleurs, le cout d’exportation du ciment vers ces deux pays par voie terrestre ne dépasse pas 7 euro à la  tonne selon une étude détaillée.
  • l’usine  procèdera à l’acquisition d’ un Park de 250 camions qui va être exploité en continu pour l’exportation avec le cout de 7 euro par tonne de ciment ci-dessus indiqué.
  • le cout de transport par voie terrestre présente le 1/3 des dépenses  globales à travers le port de tripoli (déchargement et autre taxes)
  • la Libye aura besoin de 8 millions de tonnes de ciment par an et durant 20 ans même avec les reprises de production par les usines Libyennes. De même les régions de l’est de l’Algérie auront besoin de 1.5 millions de tonnes de ciment par an. Dans ces deux pays aucune autre usine ne peut nous concurrencer.
  • Les différentes matières premières à proximité de 2km de notre projet sont de très bonne qualité et présentent une réserve de 3 siècles.
  • La connexion de l’usine au réseau ferroviaire qui se trouve actuellement à 7 km du site permet à la société d’arriver à tous les ports Tunisiens sans difficultés et avec un cout raisonnable notamment le port de Skhira (35 km) et ceci pour transporter le pet coke et expédier le ciment.
  • Tous les accords sont obtenus notamment l’autorisation finale du projet, les contrats des carrières des matières premières , le changement de vocation agricole du site de l’usine en vocation industrielle (60ha),l’attribution des privilèges selon les articles 52 et 52 bis, le raccordement de l’usine à la ligne ferroviaire  et l’alimentation en  haute tension et en gaz naturel etc.
  • Toutes les études nécessaires au projet sont réalisées et approuvées , les travaux de génie civil seront lancés au début de l’année 2017.
  • la société est créée en 2013 avec un capital de 200 millions de dinars Tunisiens
usine
Hygiène Et Sécurité

Afin de préserver l’environnement  les promoteurs de projet ont exigé de fournisseur  les équipements de filtration les plus modernes et  selon les critères les plus sévères.

Le filtre commun du four, refroidisseur et broyeur cru est un filtre à manches qui doit fonctionner pour  donner  un taux d’émission de poussières  <  10mg/Nm3. c’est un niveau qui répond au-delà de la norme Tunisienne et européenne.

Une batterie de  filtre à manches seront aussi installés tout le long de la chaîne de production :  ateliers de concassage, silo d’homogénéisation, stock clinker, broyeur ciment, silos ciment, ensachage, etc.

Les stocks des matières premières, le stock clinker et celui du pet coke seront couverts .

Le contrôle des émissions sera assuré par un système de surveillance contenant des opacimètres  et des analyseurs de gaz au niveau des cheminés et piloté par un système de management .

Les eaux usées sanitaires :

En l’absence d’un réseau public d’assainissement des eaux usées (ONAS) dans les environs de la cimenterie, le Promoteur construira des fosses enterrées (ou semi-enterrées) destinées à recevoir les eaux usées sanitaires et les eaux vannes de l’usine. La vidange de ces fosses sera assurée régulièrement par un camion-citerne vide-fosse qui transportera ces eaux vers la station d’épuration de l’ONAS la plus proche du site du projet.

Les eaux pluviales :

Le réseau d’eaux pluviales sera gravitaire et séparatif. Ces eaux seront drainées superficiellement le long des voies de desserte intérieure de l’usine, à travers des caniveaux et une série d’avaloires.

Les eaux pluviales de toitures seront drainées sur les terrasses puis canalisées à travers des gouttières et des descentes raccordées à des regards d’eaux pluviales.

Les avaloires et les regards d’eaux pluviales seront branchés à un réseau de canalisations secondaires, raccordées à leur tour à une canalisation principale qui évacuera les eaux à l’extérieur de l’usine.

Les eaux usées de processus :

Il n’y aura pas besoin de construire une infrastructure spécifique pour des eaux usées de procès dans la cimenterie, les eaux de refroidissement circuleront en circuit fermé sans crainte.

Moyens de prévention et de protection:

La société SBC a prévu la mise en place des moyens techniques, humains et organisationnels pour maîtriser les risques potentiels et limiter ses effets  sur  le personnel, les biens, et le milieu naturel avoisinant. Ces moyens et ces mesures concernent en particulier

  • Les dispositions constructives : implantation des bâtiments, séparation des unités à risques particuliers, construction en dur (murs coupe-feu) des locaux à risque compartimentage…,
  • La mise en place d’évents d’explosion sur les parties les plus exposées au risque d’explosion
  • l’installation d’un réseau de détection incendie et d’alarme dans les locaux à risque.
  • le contrôle et la  surveillance des gaz et des poussières au niveau des fours, des broyeurs, des filtres
  • la mise en place d’un réseau d’extincteurs, de robinets d’incendie armé (RIA) et de poteau d’incendie qui assure la couverture de tous les points de l’usine
  • l’installation d’un système d’inértage au CO2, pour abaisser la teneur en oxygène et empêcher la combustion dans les installations de broyage, filtration et stockage de coke de pétrole
  • le contrôle et la vérification réglementaire des installations et des équipements
  • l’établissement des procédures et les consignes d’exploitation : procédures d’exploitation des installations, procédures d’entretien et de nettoyage, permis et autorisation de travail, systèmes de détection des étincelles, consignes de sécurité, gestion des stocks, interdiction de fumer, délimitation des zones à risques….
  • la réduction des sources d’ignition : protection contre la foudre, protection contre les défauts électriques, la protection des sources de chaleur.
  • l’organisation des secours : détection, alarme, procédure d’évacuation, point de rassemblement, intervention…
  • la formation adaptée des équipes d’intervention : utilisation des moyens de première intervention en cas d’incendie, sauvetage et secourisme, mise en sécurité, évacuation…
  • La formation adaptée et la sensibilisation du personnel  l’organisation de l’appel des ressources externes (protection civile, SAMU …)
Consommation Annuelle des Matières Premières
consommation
Qualité des Produits
qualite_produits
Prévisions de la Production
prevision_prod
Prévisions des Ventes
ventes
ventes2
Energie

1) Efficacité énergétique

Conscient de l’importance qu’il faut donner à l’énergie, les promoteurs de projet ont confié une étude de consultation énergétique préalable au cabinet TEST (Tunisian Energy Saving  technics). Cette étude,

Approuvée  par l’ANME (Agence nationale pour la maîtrise de l’énergie) a démontée que le projet avec  le choix technologique avancé  permettra  de réaliser une économie  en énergie primaire  annuelle de 22 551 tep   et ceci avec  un plan d’actions englobant les mesures les plus pertinentes suivantes :

  • L’adoption des broyeurs du cru, du ciment et du pet coke du type vertical à capacités modulaires  plus économes en énergie.
  • La mise en place des systèmes de régulation et supervision intégrale  de l’usine
  • L’adoption d’un refroidisseur de clinker du type  Jet Stream
  • L’isolation des différentes conduites d’air chaud
  • L’acquisition des séparateurs dynamiques de quatrième génération au lieu des séparateurs de troisième  génération prévus dans les 2 plus récents projets en Tunisie
  • La mise en place de variateurs de vitesse au niveau des moteurs des broyeurs et la plupart des moteurs.
  • L’analyse  en  continu  des  caractéristiques  physico-chimiques  des  matières  premières  par gammamétrix au lieu de l’échantillonnage séquentiel
  • Les instruments de mesure en continu des température, humidité, pression et combustion avec  une  boucle  de  régulation  adéquate  permettant  la  modification  et  l’optimisation  de  la marche du four et de la tour d’échange  .

2) La cogénération de ses besoins électriques par le biais du Pet Coke :

Conformément  à  l’engagement  du  Promoteur  SBC  vis-à-vis  de  l’Etat  tunisien dont sa production finale est destinée à l’exportation , l’usine serait autonome de point de vue énergétique et produira ses propres besoins en électricité par la combustion du Pet Coke  à travers une turbine à vapeur  et un alternateur de 20MW  Par  conséquent  ,  l’usine  serait  connectée  au  secteur  public  (STEG)  sous  un abonnement Secours  servant aux besoins de chantier et de démarrage de l’installation de Pet Coke et aussi pour l’injection de l’excédent électrique ( si entente est trouvée avec la STEG pour le prix de cession )

3) Utiliser 100% le pet coke pour le besoin thermique du four,

4) Le gaz sera utilisé pour le démarrage et énergie de secours en cas de besoin

5) Développer un projet éolien

Le Projet Eolien

conscients de l’importance qu’il faut donner à l’énergie lors de l’étude de projet, les promoteurs de projet sont engagés de développer un projet d’autoproduction de  l’électricité par un Park d’éolien au site de Kebili. (chatt Jerid)

Une convention a été conclue entre SBC et la société américaine UPC, société largement connue dans le domaine comme développeur et en coordination avec la société danoise de fabrication des éoliens  VASTAS.

Économiquement, cette technologie s’avère rentable pour la cimenterie, puisqu’elle va réduire ses coûts de production et préserver l’environnement.

Le système de production de l’électricité par les éoliennes sera totalement opérationnel à l’horizon Juin 2017.

  • Caractéristiques du parc éolien :
    • Puissance maximale de chaque aérogénérateur : 3 MW
    • Puissance totale des aérogénérateurs : 72 MW : capacité installée, mais la capacité produite est environ 33 MW
    • Nombre des turbines : 24
    • La cimenterie a besoin de 25 MW, le surplus environ 30% sera vendu à la STEG

Le projet d’énergie éolienne est estimé avantageux pour la cimenterie, puisqu’il va lui assurer des gains économiques et baisser sa facture énergétique.

wind-turbine-brakes1_1

Impacts socio-économiques et environnementaux

1-Impacts socio-économiques

  • Économie sur le coût de l’énergie électrique annuelle de 5 à 6 MDT ;
  • Augmentation de la compétitivité de l’entreprise par la maîtrise des coûts de production : la consommation électrique actuelle sera couverte totalement par l’énergie électrique éolienne ;
  • Dépenses évitées par la collectivité locale correspondent à l’énergie primaire substituée par le projet estimée à 150 MDT sur la durée de vie du projet ;
  • Création de nouveaux emplois :

Þ  emplois directs : 5 cadres et 5 techniciens ;

Þ  emplois indirects : à l’échelle de la sous-traitance ;

  • Contribution au développement de la vie culturelle et associative locale et régionale.

2- Impacts environnementaux

  • Renforcement de l’économie des ressources par la limitation de la demande en énergie
  • Tout excédent énergétique électrique est injecté dans le réseau de la STEG ;
  • Maîtrise de nouvelles technologies de production énergétique propre et écologique;
  • Préservation de l’environnement en évitant le rejet des gaz à effet de serre
  • Utilisation de l’énergie renouvelable.
energie

Chot Ejrid Keblilli, 15KM Raduis

Les Etudes Réalisées
  • Etude efficacité énergétique
  • Etude Technico Economique
  • Caractérisation géologique et chimique des carrières de  Mezzouna
  • Prospection géologique complémentaire de la carrière marne (sondages inclinés)
  • Etude impact carrière EIE
  • Etude impact  usine
  • Prospection géologique RAPPORT MAZZOUNA PHASE 1 (1)
  • Etude hydrologique
  • Etude géophysique eau
  • Modélisation des rejets atmosphériques
  • Etude de danger
  • Campagne géotechnique  EVALUATION REPORT PHASE1
  • Campagne géotechnique FACTUAL REPORT 2 PRESSUREMETER
  • Campagne géotechnique FACTUAL REPORT 3
Les Accords Obtenus

La société « Power King  International » (Moyen-Orient et Afrique), le propriétaire principal du projet  Sidi Bouzid cement, a été fondé avec  un capital de deux cent millions (200.000.000) DT. Le coût préliminaire du projet est  estimé à 550 millions de dinars.

L’entreprise a obtenu jusqu’à ce jour les approbations suivantes:

  • l’autorisation finale de construction d’une cimenterie à Sidi Bouzid de capacité de 1,20 millions de tonnes par an de production du ciment.
  • l’autorisation d’affectation de Jebel Njilet d’une superficie de 200 hectares pour alimenter l’usine en calcaire.
  • l’autorisation d’affectation d’un site de 60 hectares au pied du Jebel Njilet pour construire l’usine de ciment
  • Accord de la société Tunisienne de l’électricité et de gaz (Steg) pour raccorder l’usine au réseau de gaz naturel et au réseau électrique haute tension
  • Accord de la société de chemin de fer pour raccorder l’usine à la ligne ferroviaire.
  • Accord de l’Agence nationale de protection de l’environnement (ANPE) pour construire l’usine
  • Accord de l’Agence nationale de  protection de l’environnement (ANPE) pour exploiter la carrière
  • Accord du Comité national des carrières pour exploiter la carrière
  • Accord du ministère des domaines de l’état et des affaires foncières  (Direction générale  de gestion et de vente) sur la Location de la carrière.
  • Accord du ministère des domaines de l’état et des affaires foncières  (Direction générale  de gestion et de vente) pour affecter le site de 60  hectares pour construire l’usine.
  • Accord du premier ministère pour le changement de vocation  du système de  Forêt à vocation agricole du site de l’usine (60ha)
  • Accord du ministère de l’équipement pour le changement de vocation agricole à vocation industrielle du site de l’usine (60ha) (Jort n°92, décret n°1772 du 10 novembre 2015).
  • Accord du ministère de l’agriculture pour l’engagement de travaux de forage
  • Accord final de financement de la société tunisienne de banque et de la société tunisienne à capital  risque (SICAR)
  • Attribution des privilèges énoncés dans les chapitres 52 et 52 bis dans le code des investissements pour le projet «Sidi Bouzid Cement»: Ordre n°869 de 2016 en date du 15 Juillet 2016.
  • signature des accords initiaux avec la société danoise FLS pour construire une usine complète clé en main – ce choix a été approuvé après étude et sélection des offres  qui ont participé à l’appel d’offres lancé par notre société
  • signature de l’accord préliminaire avec NLS qui est une filiale de FLS et spécialisée dans la mise en marche complète des usines de ciment pour assurer le bon fonctionnement des équipements selon les spécifications techniques requises et pour garantir la qualité et la quantité du produit conformément  à la capacité de la conception tout en assurant  l’économie de l’énergie thermique et électrique.
  • Achèvement de pré qualification des sociétés capables  de participer aux travaux de génie civil et terrassement, au montage des équipements mécaniques, électriques et automatisme et au montage des structures métalliques.
  • achèvement des plans de l’usine relatifs aux travaux de génie civil, aux installations électriques, mécaniques et automatisme ainsi que les bâtiments  et les constructions en béton avec l’identification des quantités et un planning de réalisation.
  • Lancement de l’appel d’offres relatif  à la réalisation du projet
Les Travaux Réalises Du Projet
  • Ouverture des pistes à l’intérieur du site de l’usine et à la montagne
  • Aménagement du plancher du concasseur relatif au projet
  • Achèvement des sondages préliminaires  dans le cadre de l’étude géologique approfondie pour déterminer la qualité et la quantité des matières premières de la montagne. Les résultats finaux ont confirmé l’existence des matières premières de bonne qualité et avec des réserves largement suffisantes pour exploiter l’installation pendant plus de 350 ans.
  • Lancement d’aménagement du site de l’usine et réalisation des remblais (confirmé dans le procès-verbal de la direction régionale du ministère des domaines de l’état et des affaires foncières  du Sidi Bouzid)
  • Lancement des travaux de génie civil par la construction de clôture autour du site de l’usine (confirmé dans le procès-verbal de l’huissier notaire)
  • Achèvement de la première et la deuxième et lancement de la troisième phase de l’étude géotechnique pour étudier la contrainte et portance admissible du sol de terrain de l’usine selon le flow sheet général.
  • Etablissement du cahier des charges du génie civil et lancement des appels d’offres : négociation en cours